compagnie espace public 

                                 orchestre, comédiens et danseurs

--------------------------------

 musique : Igor Strawinsky             

 livret : Charles Ferdinand Ramuz

--------------------------------      

 

Aller au bout de l’intention des auteursLes artistes souhaitent retrouver l’esprit de Strawinsky et Ramuz. Cette œuvre n’est pas seulement proposée ici avec mise en scène et danse, elle qui, d’après ses auteurs même « se destine à être lue, jouée et dansée ». Elle se devait aussi, et là encore d’après les commentaires des deux auteurs, de battre le pavé : « pour une espèce de petit théâtre ambulant ». Strawinsky considère qu’elle doit réveiller chez le spectateur« une part active de l'œil ».

-------------------------------------------

Les oeuvres évoluent avec leur temps, avec les crises et les circonstances.

A notre époque marquée par la liberté de mouvement et le mélange des genres, mais aussi par certaines pertes de repères, l'oeuvre apparaît visionnaire. Cela est frappant dans le fond comme dans la forme. C’est une œuvre raffinée qui sait être spectaculaire. Une œuvre extrêmement complexe dans le détail qui doit sonner « facile ». C’est encore aujourd’hui un défi de la mettre en scène.

La Compagnie espace public est né en 2008 d’une nécessité de se fonder en compagnie pour jouer et créer des œuvres pleinement et de façon transversale, tels des artistes tournés les uns vers les autres et vers l’avenir, c’est-à-dire tout à la fois vers la recherche et le public.

Aussi, pour baptême, leur fut-il naturel de s’emparer de cette œuvre majeure du XXe siècle.

Et quand nous disons s’emparer, nous disons s’emparer !

-------------------------------------------

Directement issu du travail collectif, l’angle choisi dans la mise en scène est spectaculaire. Les qualités des interprètes soutiennent une intrigue fascinante et la partition exemplaire. Cependant nulle place pour l’acte gratuit. Leur recherche est faite de plaisir et d’un engagement sincère. Le spectacle est l’enfant terrible des frottements mettant aux prises les gestes musicaux, de théâtre et de danse dans un esprit libre. 

Cette histoire du soldat de 1918 est dans ce sens actuelle et d’une modernité aboutie. Le parti pris des membres de la Cie est d’aller au bout de son interprétation, de la connaître « par cœur », d’en croiser les intentions musicales et poétiques et de la mener dans l’espace public.