La cie Espace Public, créée en 2008 est née d’une nécessité de se fonder en compagnie pour jouer et créer des œuvres pleinement, et de façon transversale, tels des artistes tournés les uns vers les autres et vers l’avenir, c’est-à-dire tout à la fois vers la recherche et le public. Aussi, pour baptême, leur fut-il naturel de s’emparer de cette œuvre majeure du XXe siècle.

Mise en scène Les frères soldats : Juha Marsalo et Pierre Quenehen

Amaryllis Billet : violon / Rémi Delangle : clarinettes / Médéric Debacq : basson / Brice Pichard : trompette / Aurélie Serre : trombone / Charlotte Testu : contrebasse / Philippe Cornus : percussions / Caroline Savi, Juha Marsalo et Pierre Quenehen : comédiens et danseurs / Frédéric Moreau : lumières et effets spéciaux

La cie est accueillie [en résidence] au Théâtre de Vanves en mai 2011

 

  Soldat9  Soldat11 


 De la création à la nouvelle version pour le Théâtre de Vanves, une version à chaque fois renouvelée dans et hors les murs :

Pinède, Lus La Croix Haute / première  

Château de Montmeilleur, St Baudille et Pipet / création pour le Festival Mens alors 

Salle des fêtes de Pont de Beauvoisin, Montreuil / festival Nuits d’été 

Dalle du centre commercial de la Croix de Chavaux, Montreuil / avec le Conservatoire et la Maison populaire

Arsenal, Mondauphin / festival Art et Montagne 

Une oeuvre faite pour le contact avec le public, une oeuvre qui ressemble de près à un conte traditionnel mais sème le trouble, quand le diable apparaît... Une interprétation pour tous les publics de 6 à 106 ans !

 Si le diable descend nous taper sur l’épaule déguisé en quelqu’un d’autre et surtout en n’importe qui : qui est-il ? si il est parmi nous, si il est cet autre qui survient… Qui ? Est-il un ou plusieurs ? Qui est joseph ? Où est-ce « entre Denges et Deneuzy » si ce n’est ici ?

Partant des faits rapportés par le texte et de ce que l’histoire peut contenir de « vrai » (surtout jouée au théâtre…), le parti pris de la mise en scène nous plonge dans le doute sur l’identité du soldat : qui est-il ? est-il réellement soldat ? est-il homme ? femme ? « bien d’ici » ? étranger à ce pays qu’il dit être le sien ?

Comment trouver sa place dans ce monde après une bataille ? après une colère ? après avoir convolé dans les airs ? Peut-on dire sur un coup de tête « je vais chez le roi ! » ? peut-on s’isoler dans les rêves et y trouver une vérité ? A tout cela l’enfant dit oui : et il a raison ! 

Un enfant ne sait pas ce qu’il sait, bien sûr… La preuve : la vérité ne sort pas comme ça, d’un seule coup ! La vérité ne sort pas d’un violon, à moins que…